Le procès de David Suzuki

 Le procès de David Suzuki
Va-t-on sauver le Canada ou le détruire en proposant la fin du pétrole?
____________________________________________________________________
Suzuki est-il la voix de la raison ou un traître?  

David Suzuki Toronto (Ontario), le 21 octobre 2013 – Le mercredi 6 novembre 2013, l’un des scientifiques canadiens les plus réputés, David Suzuki, se fera intenter un procès public pour écrit diffamatoire séditieux, qui aura lieu au Musée royal de l’Ontario (ROM). Sous quels chefs d’accusation? Le mercredi 9 octobre, sur les marches du palais de justice de Toronto, Suzuki dévoilait son Manifeste sur l’économie du carbone – un plan radical et audacieux, qui annonce la fin de l’exploitation pétrolière et le développement énergétique durable. Ce manifeste propose les mesures suivantes : la cessation de la domination du pétrole, la protection de la forêt boréale et des océans, la renouvelabilité de 70 % de l’énergie consommée d’ici une génération, l’adoption immédiate d’une taxe sur le carbone de 150 $ par tonne et l’exemption des climatologues canadiens de toute censure et toute interférence des politiciens ou des entreprises.  

Le Manifeste de Suzuki sauvera-t-il le Canada ou le détruira-t-il? Suzuki est-il la voix de la raison ou un traître? Sape-t-il les assises financières du pays? Doit-on privilégier l’économie et le Canada face à la toxicité de la planète?

Le procès de David Suzuki, événement théâtral unique en son genre créé et produit par Laurie Brown, en collaboration avec David Donnelly de Donnelly Law, se tiendra à la Galerie Currelly du ROM. Ce simulacre de procès public fera appel à de véritables avocats, à des témoins experts, à un juge, ainsi qu’à un jury de 12 jurés et des membres du public qui rendront leur verdict après les délibérations. L’avocate de la défense sera Linda Rothstein, associée chez Paliare Roland Barristers, l’avocat de la Couronne sera Will McDowell, associé chez Lenczer Slaght, David Suzuki jouera son propre rôle et la huissière sera Laurie Brown. Les témoins experts seront le professeur d’études commerciales, Michael Hlinka, et le ministre de l’Environnement de l’Ontario, Gord Miller. Ce procès novateur et spectaculaire passionnera le monde de la science, du droit et des arts — sans oublier l’assistance. En effet, le jury et le public décideront si David Suzuki est coupable ou innocent, s’il a raison ou tort, après avoir écouté le témoignage des experts.

« Beaucoup d’entre nous ne savent plus trop quoi penser des changements climatiques et la conversation tourne souvent en rond quand on en parle, explique Laurie Brown, inspiratrice du procès. Je voulais relancer le débat par l’art, demander aux gens ce qui arriverait si le Canada prenait des mesures draconiennes pour lutter contre le réchauffement de la planète, comme ne pas exploiter son pétrole. Je veux que Le procès de David Suzuki nous permette d’imaginer un avenir de ce genre. »

« Le but, ce n’est pas seulement de parler de David Suzuki et du mouvement écologiste canadien; ce que nous voulons faire, c’est de faire jouer aux Canadiens le rôle délicat de nos dirigeants, qui doivent prendre chaque jour des décisions difficiles, ajoute Dave Ireland, directeur du centre de découverte ROM Biodiversité. À mon avis, l’objectif de ce procès, c’est de poser des choix publics clairs assurant la survie de notre espèce. »

Dans le cadre du Procès de David Suzuki, six affiches différentes créées par Pattison et intitulées You Be The Judge, seront exposées dans les stations de métro de Toronto d’octobre à décembre. Elles inviteront le grand public à réfléchir sérieusement aux changements climatiques et aux propositions de Suzuki. De plus, un écran de 18 mètres de large, créé par Pattison et situé à l’intersection des rues Yonge et Edward, projettera Opposing Views, une courte vidéo montrant chaque minute à des millions de passants le visage de Suzuki couvert de mots indiquant des points de vue opposés.

Les billets coûtent 35 $ (étudiants), 45 $ (membres) ou 50 $ (grand public). Vous pouvez les acheter à http://www.rom.on.ca/en/activities-programs/events-calendar ou en nous appelant au 416 586 8000. La vidéo du procès sera présentée en direct à www.trialofsuzuki.ca.

La distribution

 

Animatrice à la radio, Laurie Brown défend les intérêts des artistes canadiens. David Donnelly est l’un des avocats spécialisés en droit de l’environnement les plus éminents au Canada. Il a gagné un prix pour sa défense de la croissance intelligente. Michael Hlinka est professeur titulaire à la Faculté d’études commerciales du Collège George Brown. Will McDowell est associé chez Lenczner Slaght. Il a acquis une vaste expérience dans les domaines du droit public, commercial, de la diffamation et de la négligence. Gord Miller est commissaire à l'environnement de l'Ontario depuis 2000. Linda A. Rothstein est associée directrice, spécialisée en affaires civiles et administratives, chez Paliare Roland. David Suzuki est un scientifique, un communicateur, un auteur et le cofondateur de la Fondation David Suzuki.

Le procès de David Suzuki  s’inscrit dans la foulée de Carbone 14 : Le climat comme culture, exposition+festival de la Fondation Cape Farewell, proposant quatre mois d’activités, dont des concerts, des spectacles, des conférences et autres événements   .

ROM Culture contemporaine

Carbone 14 : Le climat comme culture s’inscrit dans le cadre de la programmation du ROM Culture contemporaine en 2013-2014 sous le thème du changement climatique (#ROMClimate). Le centre s’associe à ROM Biodiversité en vue de faciliter la conversation et de faire comprendre l’enjeu en question. Cette année, ROM Culture contemporaine se penche sur les liens qui unissent la nature et la culture sous l’angle du changement climatique et pose les questions suivantes : En quoi la nature change-t-elle la culture? En quoi la culture change-t-elle la nature? Pour plus de renseignements, consultez http://www.rom.on.ca/fr/expositions-et-galeries/expositions/carbone-14-le-climat-comme-culture.

Cape Farewell

Fondée en 2011 par l’artiste David Buckland, Cape Farewell réunit des artistes et scientifiques afin d’apporter des solutions novatrices aux effets du changement climatique, prônant un avenir durable et dynamique. Cape Farewell loge au Centre Dana du Musée des sciences de Londres et sa fondation nord-américaine se trouve au Centre MaRS à Toronto. Pour plus de renseignements, consultez www.capefarewellfoundation.com/carbon14.

 

 

 Le procès de David Suzuki, créé et produit par Laurie Brown en collaboration avec Donnelly Law, est une coprésentation de Cape Farewell et de ROM Culture contemporaine, qui s’inscrit dans le cadre de Carbone 14 : le climat comme culture. Il bénéficie du généreux soutien de la Fondation Caroline Birks of Panicaro et de John St. Nous tenons à remercier tout particulièrement la Fondation David Suzuki.