Le Cristal Michael Lee-Chin

L’origine de son nom

Inspiré par le mandat unique du ROM - favoriser la compréhension et l’appréciation des différentes cultures du monde et des milieux naturels -, le don extraordinaire de 30 millions de dollars de Michael Lee-Chin est à la fois un témoignage de gratitude et d’espoir : gratitude envers un envers ce pays qui leur a offert, à lui et sa famille, de nombreuses possibilités et espoir que son exemple inspire de jeunes Canadiens à réaliser leurs aspirations et à devenir des chefs de file dans leurs communautés. Le Cristal Michael Lee-Chin est nommé en reconnaissance de sa générosité exceptionnelle et de sa remarquable vision.

Du talent

Suite à un concours international qui a attiré plus de 50 firmes, le Studio Daniel Libeskind de Berlin est choisi en février 2002 pour diriger l’équipe Renaissance ROM. Né en Pologne et élevé aux États-Unis, Libeskind est un musicien accompli avant de se tourner vers l’architecture. Il a conçu des édifices partout dans le monde, y compris le Musée juif de Berlin, le Musée juif de Copenhague et l’Imperial War Museum North à Manchester.

Sur des serviettes en papier

Inspiré par la collection de minéralogie du ROM, Libeskind fait un premier croquis sur des serviettes en papier alors qu’il assiste à un mariage de famille au Musée. La structure ne tarde pas à être baptisée « cristal » en raison de son apparence.

"« Pourquoi s’attendre à ce que la nouvelle annexe du ROM soit du “déjà vu”? L’architecture d’aujourd’hui n’est plus l’affaire d’introvertis. Au contraire, la création d’une architecture qui sait nous parler, nous séduire et nous surprendre marque l’audacieuse renaissance de la vie civique du musée et de la ville. »"

Daniel Libeskind

Structure

Le Cristal Michael Lee-Chin fait partie intégrante de Renaissance ROM, le projet de rénovation et d’agrandissement du Musée. Considéré comme l’un des projets d’ingénierie les plus difficiles en Amérique du Nord en raison de sa complexité technique et de ses méthodes innovantes, le Cristal se compose de cinq prismes autoporteurs reliés à l’édifice historique par un réseau de passerelles.

Détails techniques

L’extérieur du Musée est revêtu de 25 % de verre et de 75 % de bandes d’aluminium filées et brossées. Les poutres en acier, chacune de conception et de fabrication uniques et dont la longueur varie de 1 à 25 mètres, ont été posées une à une selon un angle précis, ce qui explique le caractère insolite des murs et des plafonds des galeries. Pour l’assemblage de l’armature, il a fallu environ 3 500 tonnes d’acier et 38 tonnes de boulons, sans compter les quelque 9 000 mètres cubes de béton...

Les festivités d’ouverture

Ce fut une fête de rue dont Toronto se souviendra longtemps et le parfait coup d’envoi de l’été 2007. Le samedi 2 juin, le directeur du ROM William Thorsell et leurs excellences la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, et M. Jean-Daniel Lafond inaugurent le Cristal Michael Lee-Chin, marquant le début d’une ère nouvelle pour le ROM.

Invités spéciaux et spectateurs se pressent sur la place du ROM, où trois scènes ont été montées devant le Cristal Michael Lee-Chin. La soirée s’ouvre sur un mot de bienvenue du directeur William Thorsell. Au programme : A World of Possibilities, un fabuleux concert de 75 minutes animé par Paul Gross.

Le ton est donné par le numéro électrisant du groupe Leahy et de la violoniste Natalie MacMaster. La soirée se poursuit avec Eva Avila, lauréate de Canadian Idol, K’naan, récipiendaire d’un prix Juno dans la catégorie rap, Deborah Cox, vedette de Broadway et chanteuse de R & B, parmi d’autres. Le compositeur David Foster, lauréat d’un prix Grammy, présente une chanson composée spécialement pour la soirée et intitulée We Can Build Anything. Le public accueille chaudement l’interprétation livrée par l’auteure-interprète Jann Arden, accompagnée d’une chorale de jeunes. Le concert se termine par un spectacle de lumières à couper le souffle, baignant le Cristal Michael Lee-Chin d’une multitude de couleurs vives.