Les gouverneurs du ROM

Vera Kircheis : une générosité inépuisable

Vera Kircheis en compagnie de son défunt mari, Albert Kircheis

Âgée de 87 ans, Vera Kircheis est encore pleine d’énergie et possède un rire communicatif. Plus on passe de temps avec elle, plus on apprécie son amour de l’art, de l’histoire et des voyages. Mme Kircheis s’intéresse à la culture et aux objets d’art depuis son plus jeune âge : « Mon père était un collectionneur. Malheureusement, il a perdu un grand nombre d’objets pendant la guerre et le tremblement de terre important qui a précédé. »

Vera et son mari Albert ont quitté l’Allemagne en 1951 pour échapper aux bouleversements de l’époque. Désireuse de s’intégrer dans son nouveau pays et d’y réussir, elle a facilement trouvé un emploi de secrétaire dans une usine de peinture. Sur le chemin du retour, elle s’est acheté un panier de pêches pour célébrer. « Elles ne m’ont coûté que 52 cents! », ajoute-t-elle en riant. Son époux s’est ensuite fait embaucher par la même usine, ce qui a marqué le début de sa fructueuse carrière. Les Kircheis ont fini par fonder leur propre commerce d’exportation.

La prospérité commerciale allait de pair avec l’agrandissement de la famille et le resserrement des liens avec le ROM. Amateurs de savoir, d’art et de culture depuis toujours, ils sont devenus en 1971 membres à vie du ROM, ce qu’elle appelle l’« occasion du siècle ». Membre de la Société Currelly depuis 1994, Mme Kircheis appartient à un groupe ayant promis des dons au Musée. « Peu après notre arrivée à Toronto, nous sommes tombés sur un parent éloigné qui nous a dit que notre contrée d’adoption était le meilleur pays au monde, affirme-t-elle. Nous avons beaucoup reçu du Canada et nous voulons faire notre part. »

Les Kircheis ont visité beaucoup de pays de l’Amérique du Sud, de l’Amérique centrale et des Antilles. Ils ont fondé en 2006 le Fonds de dotation de la famille Kircheis, qui soutient la recherche et les acquisitions du ROM en Amérique latine, particulièrement au Guatemala, au Salvador, au Costa Rica, à Cuba et au Panamá. Il leur permet d’exprimer leur attachement de longue date à une région qui a joué un rôle si crucial dans leur entreprise.