Catastrophe! Dix ans plus tard : Le pillage et la destruction du patrimoine irakien | Aile Hilary et Galen Weston, niveau 2

À l'affiche jusqu'au 9 février 2014

L’exposition La Mésopotamie ou l’invention de notre monde, une présentation de la RSA, société d’assurances, donnée en première en Amérique du Nord, est accompagnée de Catastrophe! Dix ans plus tard : Le pillage et la destruction du patrimoine irakien. Créée par l'Institut oriental de l’Université de Chicago

Historique

Une tragédie a secoué le monde en avril 2003, pendant la guerre d’Irak : le pillage du Musée national d’Irak à Bagdad, l’un des principaux musées de civilisations au monde. Des antiquités d’une valeur inestimable ont été dérobées ou détruites. De plus, le Musée avait créé une vaste base de données, accessible aux chercheurs du monde entier. Leur destruction est une perte irrémédiable pour les universitaires de tous les pays. De surcroît, le Musée n’est pas le seul à avoir été pillé. Pendant la guerre, on a saccagé de nombreux sites archéologiques irakiens et volé ou détruit des artéfacts.

Clemens Reichel, professeur d’archéologie mésopotamienne à l’Université de Toronto, conservateur associé du Proche-Orient ancien au Département des cultures du monde du ROM, et commissaire de La Mésopotamie (ROM), revient tout juste d’une expédition en Irak. Il est ravi que Catastrophe! commémore cette tragédie : « Les deux expositions sont complémentaires : si La Mésopotamie fait revivre les splendeurs passées de cette civilisation, Catastrophe! nous rappelle à quel point elle demeure fragile ». Le pillage de 2003 l’a bouleversé. M. Reichel, alors associé de recherche à l’Institut oriental, a coordonné la création d’une base de données sur le Web, qui a aidé les autorités internationales à recouvrer certains des objets volés.

L’exposition

En mettant sur pied cette exposition (couronnée par plusieurs prix), l’Institut oriental de Chicago veut sensibiliser la population à la dévastation du patrimoine culturel irakien. Catastrophe! a été inaugurée à l’Institut oriental en avril 2008. Après sa clôture, elle a fait le tour du monde. Pour marquer le dixième anniversaire du pillage, McGuire Gibson et Katharyn Hanson de l’Institut oriental ont mis à jour l’exposition. C’est au ROM qu’est inaugurée cette nouvelle version. Pour rappeler aux visiteurs que le patrimoine culturel irakien est encore menacé, le Musée n’expose aucun artéfact. Le texte et les images sont à eux seuls des témoins éloquents des séquelles de la guerre sur les sites culturels, archéologiques et patrimoniaux de ce pays. Cette exposition comprend six sections (Introduction, le musée, les sites archéologiques et patrimoniaux de l’Irak, l’importance du contexte archéologique, le pillage des artéfacts et Que s’est-il passé? Que pouvons-nous faire? Comment protéger le passé?) qui créent le contexte nécessaire.

Renseignements complémentaires

En plus de Catastrophe! et de La Mésopotamie, des conférences seront données par des experts renommés de divers pays sur différentes facettes de cette civilisation. À l’occasion du symposium (19 et 20 octobre), des conférenciers réputés débattront du pillage en Irak et de ses effets à long terme sur le patrimoine irakien. Le clou du symposium sera une discussion entre le colonel Matthew Bogdanos, officier du corps des Marines américain et auteur des Voleurs de Bagdad (2005), livre salué par la critique, et McGuire Gibson, professeur à l’Institut oriental, co-commissaire de Catastrophe! et l’un des plus grands experts de la Mésopotamie de la planète. La Boutique du ROM vendra un livre également intitulé Catastrophe!, publié sous la direction de Katharyn Hanson et Geoff Emberling, ex-directeur du musée de l’Institut oriental. Il comporte des chapitres écrits par M. Gibson, Clemens Reichel et feu Donny George, ancien directeur du Musée national d’Irak, qui a essayé d’arrêter les pillards en 2003, puis a dirigé les efforts visant à récupérer les artéfacts volés.

Tout dernier centre de découverte du Musée, ROM Cultures anciennes entend devenir une destination essentielle pour tous ceux qui cherchent à comprendre comment le passé influe sur nos vies et nous aide à prévoir l’avenir. Ce centre constitue un forum où le ROM et la communauté peuvent débattre des travaux de recherche, des programmes et des activités liés aux cultures anciennes et à l’archéologie. Participez à la conversation à @ROMAncient sur @ROMAncient on Twitter.

Exposition montée et produite par l’Institut oriental de l'Université de Chicago

 

Commentaires