Add new comment

Inde des princes et Raj britannique : Les photographies du raja Deen Dayal

Du 20 avril 2013 au 12 janvier 2014

Aile Hilary et Galen Weston, niveau 3

 

Le raja Deen Dayal (1844-1905) est le premier photographe indien à se faire connaître sur la scène internationale. Saluée pour sa beauté remarquable, sa subtilité esthétique et sa maîtrise technique, l’œuvre de Dayal se veut un constat visuel de l’Inde, de son patrimoine architectural, de son paysage et de son peuple. Les photographies documentent une époque déterminante dans l’histoire de l’Inde et soulignent le rôle de Deen Dayal dans la construction de l’identité d’une nation en devenir.

Né à Sardhana, près de Delhi, il a étudié l’arpentage dans le milieu des années 1860 et la photographie dans le milieu des années 1870. Au total, il a dirigé trois studios prospères et plus de cinquante employés, et produit plus de 30 000 clichés. En 1894, il est devenu photographe attitré de la cour du sixième nizam d’Hyderabad, alors l’un des hommes les plus riches au monde.

La beauté saisissante de ses images reflète l’extraordinaire talent de Deen Dayal, un maître de l’art photographique; leur éloquence a joué un rôle essentiel dans notre vision de l’histoire récente de l’Inde. Encore aujourd’hui, ses photographies comptent parmi les images les plus emblématiques de ce pays.

Cette exposition propose une centaine d’œuvres tirées de trois collections importantes, dont notre collection d’albums photographiques produits par son studio vers la fin du XIXe siècle. Vous pouvez aussi y voir l’un des appareils photos dont se servaient les photographes du studio dans les années 1890.

Cette exposition est présentée en association avec la Collection de photographies Alkazi, à New Delhi, et coïncide avec la publication de Raja Deen Dayal: Artist-Photographer in 19th-century India. Elle s’inscrit dans le cadre du Festival de photographie CONTACT Scotiabank 2013, dont elle est l’une des principales expositions. CONTACT bénéficie du soutien du Conseil des Arts du Canada, de Fêtons l’Ontario, du Conseil des arts de l’Ontario et du Fonds pour les manifestations culturelles de l’Ontario.