Silvia Forni

Silvia Forni

Silvia Forni

Conservatrice (Cultures africaines)

Domaine : World Cultures, World Art & Culture

Expositions et galeries Galerie Shreyas et Mina Ajmera de l’Afrique, des Amériques et de l’Asie-Pacifique

Tél. : 416 586 5752

Biographie

Baccalauréat en philosophie, Université de Turin, 1993
Maîtrise en anthropologie culturelle, Université de l’Indiana, 1996
Doctorat en anthropologie culturelle, Université de Turin, 2002

Responsable de la collection africaine du ROM, Mme Silvia Forni est conservatrice en anthropologie au Département des cultures du monde. Elle est chargée des expositions d’objets africain, permanentes ou présentées en alternance, à la Galerie Shreyas et Mina Ajmera de l’Afrique, des Amériques et de l’Asie-Pacifique. De plus, elle est professeure adjointe d’anthropologie à l’Université de Toronto, où elle enseigne l’anthropologie de la culture matérielle, l’ethnographie de l’Afrique et l’anthropologie de l’art.

Depuis son arrivée au ROM en 2008, elle a renouvelé certaines sections des galeries du Musée : Les cercueils figuratifs du Ghana (2011), Marionnettes, masques et instruments de musique de la collection Amrad d’art africain (2011) et Les objets d’art rituel yoruba de la collection Jack et Iris Lieber (2011). En outre, elle a collaboré à des projets d’expositions portant sur les cultures africaines et afro-canadiennes, notamment El Anatsui : Dans ma dernière lettre sur l’Afrique (2010); Trouver sa place : réflexions sur l'identité afro-canadienne – Photographies de la collection Wedge (2010); Une communauté d’artisanes : les courtepointes afro-canadiennes du Sud de l’Ontario (2009).

Elle s’intéresse tout particulièrement à l’importance des objets d’art et de la culture matérielle dans le réseau d’échanges définissant les identités culturelles régionales en Afrique subsaharienne, ainsi qu’à la représentation de l’Afrique dans l’imaginaire occidental. Elle a étudié la production de céramiques dans la plaine de Ndop (province du Nord-Ouest, au Cameroun) et participé à des projets de coopératives et des travaux de recherche dans plusieurs pays d’Afrique, dont le Kenya, le Zimbabwe, le Sénégal et le Ghana. Ces derniers temps, elle porte un intérêt particulier à la circulation et à l’interprétation de l’art africain du XXe siècle, autant en milieu universitaire que dans les musées. La dernière fois qu’elle a été au Cameroun, elle s’est penchée sur la production et le marketing des  objets « traditionnels » d’art africain produits depuis le milieu du XXe siècle. Elle s’est attachée à l’importance du rôle que jouent les marchands d’art subsahariens non seulement dans le commerce international de l’art africain, mais aussi dans l’acquisition des connaissances et la création des collections.


Photos et vidéos

Contact