Bill Pratt

Bill Pratt

Bill Pratt

Technicien, Collections (Égypte et Asie occidentale)

Domaine : World Cultures, Ancient Cultures

Biographie

Bill Pratt dit qu’« être responsable d’une collection d’artéfacts dans un musée est semblable à la direction d’une bibliothèque ». Il met à profit son expérience en études bibliques et en bibliothéconomie au Musée royal de l’Ontario, où il est le conservateur de plus de 100 000 artéfacts dans les collections des civilisations antiques du Proche-Orient, de l’Islam, de l’Égypte, de la Nubie et de la préhistoire.

Il s’intéresse à la gestion des bases de données électroniques, à la photographie et à la conception de sites Web. Il collectionne les curiosités musicales, les enregistrements des années 1920 ou même plus vieux ainsi que les phonographes lisant des disques 78 tours et des cylindres originaux.

Il est secrétaire général, trésorier et archiviste de la Société canadienne des phonographes anciens. De plus, il collabore à la publication bimestrielle de la société, Antique Phonograph News, et gère son site Web. 


Mon objet préféré au ROM

Les sceaux-cylindres, utilisés pendant plus de 3000 ans, font revivre pour nous les croyances religieuses et la vie quotidienne du Proche-Orient ancien. Ils sont ornés de motifs gravés en creux, qui laissent une empreinte en relief lorsqu’ils sont déroulés sur un matériau tel que l’argile molle. L’impression du sceau était un symbole de propriété.

Vers 3200 av. notre ère, les sceaux-cylindres sont apparus en même temps que l’écriture. Souvent, ils étaient roulés sur des tablettes gravées afin de signer et de garantir les transactions inscrites dessus. On préférait les roches tendres faciles à tailler, telles que la serpentine.

De 2900 à 2200 av. notre ère environ, période où les cités-États se disputaient le pouvoir, les sceaux montraient souvent des scènes de combat entre des héros mythiques et des animaux. C’est aussi à cette époque qu’on voit les premiers cunéiformes identifiant le propriétaire du sceau.

Le sceau-cylindre ci-dessous (numéro de référence du ROM 994.233.17) est fait de serpentine et mesure 3,5 cm x 2,2 cm. Il date de la dynastie d’Akkad en Mésopotamie (environ 2200 av. notre ère). Ce sceau présente les caractéristiques typiques des sceaux akkadiens : les motifs ont un style à la fois naturel et sculptural, encore visible de nos jours, et font appel à l’imagerie monumentale. Les sceaux sont les plus belles réalisations des artisans du Proche-Orient.

Le sceau présente une scène de combat typique : un héros nu et barbu luttant contre un taureau et un lion se battant contre un homme-taureau barbu. L’inscription montre que le propriétaire du sceau est « Shu-ili-si, brasseur ». Pour avoir un sceau si élégant, il doit avoir été un notable. 

Cylinder seal with modern impression

                  Propriété d’un brasseur mésopotamien

ATTENTION

Nous éprouvons présentement des problèmes intermittents avec notre messagerie vocale. Si vous tentez de laisser un message dans notre boîte vocale, envoyez-nous votre question par courriel à info@rom.on.ca. Nous vous répondrons dès que possible. Merci de votre patience.