Les fossiles et l’évolution

En découvrant, en préservant et en étudiant des fossiles des quatre coins du monde, nos paléontologues apprennent comment les formes de vie ont évolué. Mieux nous saisissons les lois de l’évolution et son histoire, mieux nous comprenons que la place des êtres humains dans le réseau du vivant. Par la recherche, le ROM peut reconstruire d’anciens écosystèmes et retracer les grandes tendances de la biodiversité. Nous pouvons mieux comprendre les changements climatiques et les pertes de biodiversité qu’on observe actuellement en étudiant la réaction des organismes disparus – grands et petits – aux changements biologiques et environnementaux.

Nos paléontologues sensibilisent la population aux sciences de la Terre et de la vie, et stimulent son intérêt pour la paléontologie et l’évolution par les moyens suivants : articles évalués par les pairs, programmes publics, expéditions, conférences, expositions et vulgarisation scientifique.

Nos trois domaines d’étude :

Étude des radiations évolutives marquantes comme l’explosion cambrienne et la Grande Biodiversification ordovicienne. Elle repose surtout sur les fossiles exceptionnels d’animaux à corps mou trouvés sur le site cambrien des schistes de Burgess, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, en Colombie-Britannique, et sur les toutes dernières découvertes faites dans les roches ordoviciennes et siluriennes du Manitoba et de l’Ontario (notamment celles des basses-terres de la baie d’Hudson).

Jean-Bernard Caron, conservateur, Paléontologie des invertébrés

David Rudkin, conservateur adjoint, Paléontologie des invertébrés

b] Étude de la dynamique évolutive et écologique des dinosaures et autres vertébrés terrestres du Crétacé. Elle nous aide à mieux comprendre le lien qui existe entre les catastrophes environnementales et les tendances biologiques en matière d’évolution, de diversité et d’extinction.

David C. Evans, conservateur, Paléontologie des vertébrés (dinosaures)

c] Évolution de la faune préservée dans les gisements du Quaternaire et du Tertiaire supérieur (depuis 5 millions d’années) en Amérique du Nord et du Sud, et étude du repeuplement postglaciaire de l’Ontario par les vertébrés.

Kevin Seymour, conservateur adjoint, Paléontologie des vertébrés, et directeur de la célèbre collection de vertébrés fossiles du ROM