Nature publie un article d’une conservatrice du ROM

Kim Tait du ROM déchiffre l’énigme des météorites martiennes

 

NWA 5298 ©  Royal Ontario MuseumToronto (Ontario), le 26 juillet 2013 – La revue scientifique Nature a publié une étude faisant état de la découverte qui a permis à la conservatrice du Musée royal de l’Ontario Kim Tait et à ses collègues de lever le voile sur le mystère de l’histoire géologique de Mars. L’étude porte sur NWA 5298, une météorite martienne dans la collection du ROM. Selon les recherches, la météorite s’est formée il y a 200 millions d’années dans une coulée de lave d’un volcan sur Mars. Cette conclusion met un terme à un débat de longue date sur l’âge de ce type de météorite martienne et indique qu’une partie de la surface de la planète est encore jeune… d’un point de vue géologique. Pour en apprendre davantage, consulter l’article « Solving the Martian meteorite age conundrum using micro-baddeleyite and launch-generated zircon ».

Les chercheurs ont calculé l’âge de NWA 5298 en effectuant des analyses géochronologiques sur les cristaux microscopiques contenus dans la météorite.

« Les recherches sur NWA 5298 ont permis au Musée d’accroître son expertise, déjà considérable, en matière de météorites martiennes et de collaborer avec des institutions internationales, affirme Kim Tait, conservatrice de minéralogie au Musée royal de l’Ontario. L’étude que nous avons publiée dans la revue Nature propose une clé pour comprendre le rôle de la géochronologie et l’histoire de la planète rouge. »

Le travail de Mme Tait et de ses collègues ouvre de nouvelles perspectives sur l’évolution de Mars et permet de la comparer à celle de la Terre et des autres planètes rocheuses du système solaire et au-delà.

Réunissant des chercheurs du ROM, de l’Université Western Ontario, de l’Université du Wyoming, de l’Université de la Californie à Los Angeles et de l’Université de Portsmouth, l’équipe a également découvert des cristaux qui se sont formés durant le trajet de la météorite martienne vers la Terre. Cette découverte permet de dater l’entrée de la météorite dans l’orbite de la Terre à moins de 20 millions d’années et de situer son origine possible sur les versants des supervolcans de l’équateur martien.

Découverte en mars 2008 dans le nord-ouest de l’Afrique, NWA 5298 est entrée en 2009 dans la collection de météorites du ROM – une des plus importantes au monde.

 

Une nouvelle acquisition

A slice of NWA 7042  ©  Royal Ontario MuseumLa publication de l’étude sur NWA 5298 coïncide avec l’acquisition de NWA 7042, une autre météorite martienne découverte dans le nord-ouest de l’Afrique qui vient enrichir la collection minéralogique du Musée.

NWA 7042 fait partie des quelque 70 météorites martiennes sur la Terre. Pesant 2,98 kilogrammes, elle est la 4e plus grande shergottite connue et la 5e plus grande de toutes les météorites martiennes. Les shergottites se comparent aux roches basaltiques de la Terre.

Sans contredit l’un des plus beaux spécimens de l’impressionnante collection de météorites martiennes du Musée, NWA 7042 ne manquera pas d’enrichir l’expérience du visiteur. NWA 7042 est la 15e météorite martienne à entrer dans la collection du Musée, inscrivant le ROM au même rang que la Smithsonian Institution à Washington et l’Institut national pour la recherche polaire du Japon en matière du nombre de masses principales (le plus gros fragment d’une météorite donnée). NWA 7042, NWA 5298 ainsi que les autres masses principales de météorites martiennes contribueront largement à l’avancement de la recherche scientifique au ROM. Cette météorite a été acquise grâce au généreux soutien du Fonds fiduciaire de bienfaisance Louise Hawley Stone.

Les visiteurs sont invités à découvrir cette collection temporaire de roches martiennes dans les Galeries Teck : Les richesses de la Terre, au niveau 2 de l’Aile de la famille Weston.

« Je suis ravie que le spécimen NWA 7042 se soit ajouté à la collection de météorites martiennes du Musée, affirme Kim Tait. Il nous permettra d’approfondir nos connaissances de Mars en particulier et du système solaire en général, ainsi que de la formation et de l’évolution de la planète rouge. »

À l’heure actuelle, le Département des sciences de la Terre du ROM participe à plusieurs grands projets de recherches sur Mars, y compris la collecte d’échantillons de météorites martiennes qui contribueront à l’interprétation des données scientifiques recueillies par le rover Curiosity. Le rover a bénéficié du soutien et du savoir-faire canadiens en matière de conception, d’essais et de recherches.

 

*Entrevues et images disponibles sur demande

 

 

ATTENTION

Nous éprouvons présentement des problèmes intermittents avec notre messagerie vocale. Si vous tentez de laisser un message dans notre boîte vocale, envoyez-nous votre question par courriel à info@rom.on.ca. Nous vous répondrons dès que possible. Merci de votre patience.