Les Rapides de la rivière des Français de Paul Kane

Rapides de la rivière des Français,  Paul Kane, 1849-1856<br />
Huile sur toile ROM 912.1.2; Don de sir Edmund OslerToronto (Ontario), le 21 août 2013 – Le Musée royal de l’Ontario (ROM) présente sa toute dernière rotation : une exposition de l’œuvre de Paul Kane, l’un des artistes les plus influents au Canada. Ses toiles et esquisses seront exposées dans la Galerie Daphne Cockwell du Canada : Premiers peuples du 24 août 2013 au 16 mars 2014. Cette rotation s’inspire de la relation symbiotique qui existe entre l’histoire de l’art et l’archéologie.

En plus de Rapides de la rivière des Français de Paul Kane, l’exposition présente 32 artéfacts du parc provincial Quetico et d’Archaeological Services Inc. Vous pourrez également admirer l’huile sur toile La pêche au fanal et l’esquisse prise sur le vif de ce tableau, qui est une huile sur papier. Divisée en deux sections, cette exposition porte sur ces deux peintures et leurs esquisses.

 Rapides de la rivière des Français

La scène décrite par Rapides de la rivière des Français, un des tableaux les plus célèbres de Kane, a été découverte à presque 830 kilomètres de l’endroit supposé. Ce site – situé à l’extrémité orientale du portage des Français – avait été abandonné dans les années 1870 en raison de la construction de Dawson Road, entre Fort William sur le lac Supérieur et la colonie de la rivière Rouge. En 2008-2009, Kenneth Lister, conservateur adjoint des cultures du monde au ROM et des employés d’Archaeological Services Inc. ont reconnu le site (intact depuis la fin du XIXe siècle) et ont procédé à des fouilles en collaboration avec le parc provincial Quetico. Ils y ont exhumé 32 artéfacts qui corroborent les images de Kane. Cette découverte n’est pas fortuite : ils ont comparé l’huile de Kane et l’esquisse du portage qu’il avait croquée sur le vif, et les ont étudiées à la lumière de son journal, du récit Wanderings of an Artist qu’il avait publié et de cartes géographiques du XIXe siècle.

« Après la découverte du débarcadère du portage, il est devenu évident à nos yeux qu’il s’agissait d’un site archéologique intact et que nous avions là une occasion en or de faire des fouilles qui corroboreraient les images de Kane, déclare Kenneth Lister du ROM. La correspondance qu’on peut voir entre le site de Rapides de la rivière des Français et les images du peintre est le fruit de la collaboration entre l’histoire de l’art et l’archéologie. »

La pêche au fanal                                                                                               La pêche au fanal, Paul Kane, 1849-1856<br />
Menominee, rivière Fox, Wisconsin. Huile sur toile 912.1.10; Don de sir Edmund Osler

Célèbre tableau de l’artiste, La pêche au fanal représente des Autochtones en train de pêcher de cette façon. Le ROM s’est d’ailleurs récemment porté acquéreur d’un flambeau de ce genre pour sa collection ethnographique, ainsi que de l’esquisse préliminaire de La pêche au fanal, une huile sur papier. Vous pourrez admirer dans l’exposition le fanal et l’esquisse en question.

Renseignements complémentaires

En guise de complément, nous exposerons aussi des images de fouilles, des cartes du site et le récit Wanderings of an Artist de Paul Kane (Longman, Brown, Green, Longmans , and Roberts, 1859). Vous trouverez à la Boutique du Musée l’ouvrage suivant de Ken Lister : Paul Kane/The Artist/:Wilderness to Studio (Presses du Musée royal de l’Ontario, 2010), qui a été couronné par de nombreux prix.

ATTENTION

Nous éprouvons présentement des problèmes intermittents avec notre messagerie vocale. Si vous tentez de laisser un message dans notre boîte vocale, envoyez-nous votre question par courriel à info@rom.on.ca. Nous vous répondrons dès que possible. Merci de votre patience.