La famille Eaton

Pendant la majeure partie du XXe siècle, Eaton fut l’un des noms les plus connus au Canada.

Timothy Eaton ouvre son premier grand magasin en 1869 à Toronto. La Compagnie T. Eaton grandit rapidement et, à la fin des années 1920, elle constitue la plus grande entreprise de magasins à rayons au Canada.

Pour célébrer le 50e anniversaire de l’entreprise, les employés commandent une imposante sculpture de Timothy Eaton, qui sera donnée au ROM en 1999.

Lady Flora McCrea Eaton, la belle-fille de Timothy Eaton, est l’un des premiers membres de la famille à s’intéresser au ROM, où elle siège à plusieurs comités. La génération suivante produit elle aussi de généreux philanthropes, notamment Signy et John David Eaton, qui accordent leur soutien à plusieurs organismes, y compris le ROM.

Le Musée compte de nombreux témoignages de la générosité de la famille Eaton. Dans les années 1920, la famille finance l’acquisition de plusieurs joyaux de la collection de meubles européens. Dans les années 1930, 1940 et 1950, de remarquables dons de la Compagnie T. Eaton ont enrichi plusieurs collections du Musée : arts décoratifs européens, textiles canadiens, pierres précieuses et art africain.

Depuis plus de 20 ans, Nicole Eaton poursuit la tradition familiale en sa qualité de bénévole et de mécène. Dans les années 1980, elle joue un rôle décisif dans la collecte de fonds pour la réfection des galeries et dans la progression vers l’autosuffisance financière du Musée.

Elle joue également un rôle clé dans la création de l’Institut de culture contemporaine (auj. ROM culture contemporaine). Aux côtés d’Edwin Goodman, le président du conseil d’administration, elle reconnaît la nécessité d’ajouter un volet contemporain au Musée.

Le Théâtre Signy et Cléophée Eaton est nommé en reconnaissance du don généreux de Nicole et Thor Eaton au projet Renaissance ROM.